Actualités des Amis du musée

bulletin d'adhésion 2018
à remplir et adresser au musée avec le règlement de votre cotisation à l'ordre des AMISDUMUSEESOULAGES
bulletin d'adhésion 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 402.8 KB

Ne manquez pas

Coin des entreprises...

A découvrir sans plus attendre....

Pratique :

Préparez-votre visite par un clic sur l'image ci-après.

Adressez-vous au service réservation des musées de Rodez :

ouvert du mardi au vendredi entre 14h et 18 heures au 05 65 73 84 39

ou par mail : reservation.musees@agglo-grandrodez.fr

Le cataloguage de la bibliothèque du musée Soulages a repris ! Vous pouvez consulter le catalogue en ligne :

http://musee-soulages.bibli.fr/opac/?database=musee_soulage 

 

site encore en construction mais ça fonctionne ! 

 

Inscrivez-vous  à la news letter

 

L’inscription peut se faire sur place pendant les horaires d’ouverture (le mercredi et le jeudi de 14h à 18h),

 

par mail :

soulages.documentation@agglo-grandrodez.fr

 par téléphone :

05 65 73 82 70.

 

AMIS DU MUSEE SOULAGES
BP 40304
12003 RODEZ Cedex , France

amisdumuseesoulages@gmail.com

amsrodezreservations@gmail.com

Partagez :

CATALOGNE  XXIe siècle 

                                                   vendredi...

 En prime, un ciel Miro "bolant" trois jours durant en cette fin octobre, pour 53 Amis du Musée Soulages partis à la découverte de l'architecture contemporaine catalane sous l'égide  des concepteurs du musée Soulages, l'atelier RCR sis à Olot au coeur du parc volcanique de la Garrotxa . 

Pour guide, Gilles Trégouët assistant français du trio d'architectes RCR           (R afael Aranda, C arme Pigem et R amon Vivalta).

Avant la pause déjeuner, direction Besalù et sa crèche Guarderia El Petit Comte 

 

Sur son extérieur l'établissement  est ceint d' un long  nuancier de couleurs aux teintes sucrées de l'enfance. Clôture recto-verso débouchant sur des espaces aérés, ludiques et chaleureux. Des volumes ouverts  et transparents avec pour plafond un ciel bleu qui s'harmonise aux nuance de la structure.


Une table conviviale  à mi-étape pour se régénérer avant d'autres découvertes 

Pour sieste , la horde des Amis part à l'assaut de l'atelier RCR sis à Olot.


Un atelier camouflé derrière une façade usée à l'enseigne d'une ancienne fonderie d'où vraisemblablement l'appellation " atelier " en lieu et place de 

" cabinet " usuel aux architectes. Seule de l'extérieur une imposante baie vitrée teintée intrigue le regard des piétons.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'accès souligné par un trottoir en acier Corten (déjà) est tout aussi intrigant, voir peu encourageant ...

prudence donc !

De prime abord, ambiance foutraque à la " va comme je te pousse ", y compris cette longue table de travail  en lévitation ( non, l'illustration  n'est pas photoshopée ).

Poursuivons.

A son opposé cet  espace de travail  aux murs d'acier est clean, ici la friche est végétale sous l'aspect d'un jardin sauvage plus proche de la jungle qu'un potager de curé .

L'équipe de RCR ( une vingtaine de collaborateurs ) planche studieusement sur moult projets, les yeux rivés sur une batterie d'ordinateurs. Ici nul planche à dessin antique, obsolète Rotring et vétuste tire-ligne.

Après une courte projection, clôture de cette déambulation dans les entrailles de la création en présence de Carme Pigem chaleureusement ovationnée par les Amis du Musée Soulages façon de la remercier, elle, son équipe et ses associés pour leur magistrale prestation ruthénoise unanimement reconnue par leurs pairs 

Grand merci RCR


Non, la photo de gauche  n'est pas une installation in situ de Soulages au coeur du parc de pierre (pas Soulages ! ) d'Olot, mais la retenue d'une coulée de lave imaginée par RCR pour cette ensemble paysager volcanique.

Si ce parc naturel  valorise une végétation exubérante , il renferme aussi  40 volcans, ce qui pour le moins, n'est pas très rassurant pour un pique-nique dans le quartier ... bien que la dernière éruption remonte à 9500 ans.

Fin de ce jour 1 comme disent les tours opérateurs, remerciement  général à destination de Gilles Trégouët pour son entière disponibilité, nous guidant et répondant justement à nos interrogations  tout au long de ce  trop bref parcours RCR                                                                     Bravo Gilles le breton catalan

                                                    samedi ...

Matinée intégralement consacrée à l'architecture contemporaine de Barcelone 

dont l'origine remonte aux Jeux Olympiques de 1992 organisés dans la capitale catalane et ce sur une fondation millénaire remontant à la période romaine ( hélas peu de vestiges ), puis la ville médiévale et son quartier gothique abritant la cathédrale ( 1317-1441).

La ville moderne prend forme au milieu du XIXe siècle avec la destruction des remparts qui ceinturaient précédemment la cité, d'où une extension concrète dont le quartier de l'Eixampte (Extension) en est l'exemple.

A urbanisme moderne, édifices modernistes grandioses avec pour  point d'orgue  la Sagrada Familia, dont Jean Nouvel  un siècle plus tard, s'inspire pour édifier la tour Agbar héritage contemporain  d' Antonio Gaudi .

Le " suppositoire ",   surnom affectueux accolé à la Torre Agbar  avec ses

142 m, 38 étages et 4400 fenêtres recouvertes de jalousies qui s'inclinent dans différentes directions pour bloquer la lumière directe du soleil, devenant  la nuit le nouveau phare de Barcelone avec ses 4400 éclairages jaunes, oranges, bleus, verts, roses et rouges qui illuminent la ville


Non loin l'élégant building Diagonal Zero Zero avec ses 110m de haut,  parfait exemple de l'architecture high-tech  XXIe siècle;


Face au Diagonal 00, le Museu Blau ( Musée Bleu) qui abrite le musée des sciences naturelles de Barcelone. Architecture signée  Herzog et de Meudon pour un édifice bunker jouant en sa façade, entre  un épais crépi bleu et des surfaces réfléchissantes à effets miroirs brouillant habilement tous repères 

Dans ce même quartier du Forum, un chaotique parapluie abrite le Mercat dels Encants ( marché aux puces ), immense miroir inversé captant par reflets, l'activité bouillonnante des forains. Oeuvre à la fois minimaliste et généreuse de part son humanité.

Ne vous prenez pas la tête, ce ne sont que de simples bâtiments ....

Au pied de Barcelone, la plage  borde le village olympique de 1992 avec à l'horizon, la "voile" de Ricardo Bofill.






Au passage taquinons le poisson / The Fish de Frank Gerhy

Un Frank Gerhy moyennement inspiré, pour ne pas dire "pas très frais" .




Si ile poisson ne passe pas, direction l'Hospital del Mar à l'architecture ouverte et accueillante pour soigner nausées, douleurs épigastriques + érythème, vasodilatation de la face ou du cou, urticaire voir bronchospasme, au choix.

 

 

 

 

 

Cette rembla littorale grouillante de joggeurs, promeneurs solitaires, enfants et parents joueurs, nous entraîne en direction du  port olympique et de sa grande voile W

Comme un phare, l'hôtel W surnommé la voile, se dresse fièrement vent debout  face à la mer, sous le regard engageant d'un certain Christophe Colomb proche voisin qui s'ennuyant ferme du haut de sa colonne, indique la route à suivre au père de la voile et enfant du pays en la personne de l'un des plus grands architectes contemporains de Catalogne, Ricardo Bofill.

 

Avant la pause déjeuner, retour au centre de Barcelone pour jeter un oeil sur l'une des plus discrètes réalisations de RCR.

Lover dans un bloc d'immeubles disgracieux, se cache la bibliothèque San Antoni Joan Olive, proche du marché San Antoni. Distribuée autour d'un patio arboré, la façade  mixte de verre et acier laisse transparaître entre des lames métalliques par-soleil, un public studieux de lecteurs.

Une authentique parenthèse pastorale fichée au coeur du brouhaha citadin !

 






Début d'après-midi au pied du Montjuïc, visite du Caixaforum, ancien site industriel  de style moderniste, aujourd'hui principal centre culturel catalan.

Occasion de découvrir la riche exposition temporaire du moment;

 

Beauté captive

 

soit un parcours au milieu d'une centaine de chefs-d'oeuvre prêtés par le musée du Prado de Madrid.

Sur les cimaises, en vrac: Bosch, Brueghel, Rubens, Poussin, Goya,

Velàzquez, Fortuny etc.

Un régal !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Instant de détente dans les rues de Barcelone où notre accompagnatrice Jacquie tente d'enrôlé Michelle et Patrice dans une sardane improvisée.

Au passage, bravo Jacquie, votre gentillesse, savoir, disponibilité  et prévenance nous ont charmé ...

Merci

Cette brochette d'Amis attend-elle Godot ou son tour pour la visite du pavillon Mies Van der Rohe ? That is the question !


D'une exceptionnelle pureté de lignes, le pavillon allemand  de l'exposition universelle de 1929 à Barcelone bâti par l'architecte designer Mies Van der Rohe, n'a à ce jour pris aucune ride, mieux, revêtu de matériaux les plus nobles, il peut encore aujourd'hui inspirer et rivaliser avec les créations les plus audacieuses.

 

Comme aucun Amis ne se plaint  et ne marque un quelconque signe d'épuisement (sont costauds les Amis), direction le MACBA, Musée d'Art Contemporain de BArcelone, imposante architecture enclavée dans un quartier médiéval étroit.

 

installation murale d'Antoni Tàpies
installation murale d'Antoni Tàpies

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ont visiblement oublié de faire le ménage avant notre arrivée .

 

 

 

 

 

 

 

Ambiance clinique aérienne, soulignée  par une rampe d'accès en continue desservant les cinq niveaux du musée avec un petit air Guggenheim  New-Yorkais la rotondité en moins.

Aux cimaises, sols, murs, plafonds et toilettes, des oeuvres pour certains, pour d'autres aucune oeuvre .

                                                                           

            Les goûts et les couleurs...!

Et pour la soirée,


                                                                                                   Tapas pour tous

Ambiance amicale, ça échange, ça papote, ça discute, ça rigole, ça découvre.

Reste pour autant qu'il est impoli de mettre son doigt dans le nez à table et de plus est, sous des bariques de cerveceria.

 

                                                dimanche ...                                                 

Dona i ocell            Parc Miro
Dona i ocell Parc Miro

 Direction la Fondation Miro pour cette dernière matinée catalane.


Chemin faisant nous croisons

Donna i Ocell  (Femme et Oiseau) monumentale sculpture de Joan Miro inaugurée en 1983. 

Un oeil rapide,  d'après le titre de l'oeuvre, va distraitement voir une forme féminine avec un chapeau surmonté d'un oiseau.

Mais ceci est méconnaître  Miro, qui est, ne l'oublions pas catalan, il n'a donc pas choisi son titre sans avoir à l'esprit qu'en catalan, ocell (oiseau) est un surnom  usuel du pénis.

La forme oblongue de la base de la statue et le cylindre ouvert en son sommet ne font qu'accentuer cette impréssion : il s'agit en fait d'une représentation du pénis en érection

surmonté d'une vulve ouverte.           Miro liait ce monumment à la coutume romaine de graver un sexe en érection à l'entrée des villes, comme il a pu le voir à Empùries;

Torre Telefonica                                     Torre de Collserola

 

Au sud de Barcelone sur la colline du Montjuïc, se dresse  la tour des télécommunications, gracile antenne de 136m, élevée pour retransmettre les JO de 1992.;

Accessoirement elle peut aussi donner l'heure , son aiguille centrale servant de cadran solaire ... porquoi pas !

Son pendant, au nord de la ville, sur les flancs du pic Tibidado la tour de la communication avec ses 288m, répond à sa collègue du sud. Ici l'édifice est signé Norman Foster, réputé architecte  britannique, père également de notre viaduc de Millau

Audioguide vissé aux oreilles, visite libre de la fondation Miro, éblouissante architecture d'une blancheur immaculée 

Chacun d'entre nous devant les oeuvres ludiiques de Miro, retrouve un peu le parfum de l'enfance , s'interroge aussi devant des pièces plus graves.

                                                                                      Respect  Monsieur Miro.










Dans ce temple  du surréalisme retrouvaille détonante entre Michel et le maître Joan Miro.

En fait, de vieux amis...

Faut dire qu'une heure avant, JC avait bien papoté avec Picasso qui se bronzait sur les hauteurs du Montjuïc. 

                                           Décidément à Barcelone, que de belles rencontres.

Sur le chemin du retour, rapide détour par la faculté de droit de Gérone, autre réalisation de RCR, qui n'est pas sans rappeler, dans sa forme générale, notre musée Soulages.











Au tableau d'honneur avec mention " Très bien, plus que bien, mieux que bien "  Ghyslaine à qui nous devons  cette amicale escapade catalane.

Reste que la prochaine fois Ghyslaine, obligation de ce dépasser...

Sans oublier dans la remise des médailles, nos deux anonymes paparazzis

Gérard et Michel à qui nous devons tous ses clichés volés.

                                                                                                          Merci à eux

    et merci à  tous pour votre amicale compagnie  - on vous reprendra, promis.